L'Avenir des Fermes Pilotes en Algérie

L'Avenir des Fermes Pilotes en Algérie

SCOOP: une société privée accapare les biens d'une ferme pilote...bientôt les détails de cette arnaque

 

 

Les fermes pilotes : Un partenariat dans la précipitation


Plusieurs fermes ont été admises au partenariat avec des privés algériens soit à un maximum de 66% de parts sociales. Les étrangers n’ont pas été intéressés par les parts 51/49.

Un grand flou a caractérisé l’admission des partenaires privés. Pour beaucoup de fermes, pour ne dire toutes, concernées par ce partenariat l’acte de concession n’a pas encore été établi par l’office national des terres agricoles (ONTA) tel que précisé par la N° 10-03 du 15 août 2010 fixant les conditions et les modalités d’exploitation des terres agricoles du domaine privé de l’Etat. Mais sur propositions du SGDA, le conseil des participations de l’Etat a tranché en juillet dernier en désignant les premiers partenaires.

Actuellement, il s’avère que la fiche technique de chaque ferme ne reflète pas la réalité sur le terrain en particulier pour le personnel. La majorité de fermes dispose de plus d’employés que ce qui est mentionné sur la fiche technique élaborée pat la SGDA. Celle-ci n’a pas tenu compte des contractuels qui sont souvent des travailleurs avec une longue ancienneté au niveau de la ferme. Et les problèmes commencent. On parle de licenciement, de compression d’effectifs, de départ volontaire, etc. Des grèves ont eu lieu déjà dans quelques fermes. Au niveau de certaines fermes, les travailleurs refusent l’entrée du partenaire et dans d’autres des travailleurs proposent naïvement des noms de partenaires qui les arrangent. La manipulation de certaines forces a aussi commencé.

Finalement, encore une fois, ce partenariat a été fait dans la précipitation : pas d’enquêtes socio-économiques, pas de concertation avec le partenaire social de la ferme, …. Cette démobilisation des travailleurs a un prix. Y a des opérations agricoles qui n’attendent pas. En attendant de voir plus clair, qui supportera le coût de cette situation ?

 

Le modérateur

Source : synthèse des messages reçus depuis octobre 2013